Membres

crise existentielle

il est 23h22, j'aimerais mieux être en train de dormir collée contre mon amoureux mais mon cerveau a décidé qu'une angoisse sur la vie était beaucoup mieux... oui oui, je traverse une crise existentielle, probablement déclanchée par la phrase assassine de ma mère au téléphone : "j'espère que tes trois (quatre, maman) années d'université serviront pas à rien. La raison ?

Je me rends compte, malgré le fait que je jubile de ce moment depuis trois semaines, que je suis en train de faire ma dernière session de BAC. Je vois le bout et pour le première fois, y'a pas de suite déja toute tracée. ÇA c'est épeurant. Et aussi, que contrairement à toutes mes amies qui ont terminées l'an dernier (ou la session dernière) que je n'ai AUCUNE perspective d'avenir. Comme si, après le 27 avril, il n'y aurait pu rien. Je sais pas ce que j'ai envie de faire de ma vie. Que dans 13 semaines, je vais avoir un prêt de 23 000 $ à rembourser, que j'ai pas de perspective de job (un bac en littérature ! yeah ! les employeurs vont être fous de joie, un avenir plus ou moins incertain (on sait toujours pas encore si mon chum va aller à l'académie de la GRC). Même si on déménageait là-bas, je fais quoi moi? Me chercher une job en disant à des employeurs que je suis là pour six mois ? Et est-ce qu'ils vont accepter une francophone (même si mon anglais est pas mal)? Je sais pas où je vais vivre, ce que je vais faire à la fois à moyen et à long terme et ça me donne le feeling que j'ai perdu les six dernières années de ma vie à étudier...
En gros, je me sens pas bien...

1 commentaires:

KimY a dit…

hum-fu-hum-fu (le bruit de inspire expire), bienvenue dans le merveilleux monde de l'inconnu face à l'avenir. Tu vas finir par trouvé ma belle t'inquiète pas! en attendant respire!

Publier un commentaire

Profile

Ma photo
Je suis une ex universitaire réactionnaire limite frustrée, totalement débile, grande gueule, mais sympathique une fois apprivoisée...